19/12/2013

Au camp de Lampedusa, où les détenus sont privés de leur humanité

Une vidéo filmée à l’intérieur du camp d’”accueil” pour migrants de Lampedusa en Italie a révélé les pratiques inhumaines qui se jouaient à l’intérieur de ces murs. Nous y voyons des hommes et des enfants forcés de se déshabiller en public avant d’être nettoyés au jet d’eau. Des voix se sont élevées pour qualifier ce centre pour ce qu’il est vraiment: un camp de concentration. Il n’y a strictement aucune nuance à apporter: c’est effectivement un camp de concentration, ni plus, ni moins.

A la fin de la deuxième guerre mondiale, l’Europe qui avait subi l’innommable, meurtrie dans sa chair, s’était fait la promesse de ne plus jamais en passer par là. La construction de l’Union Européenne semblait être la réponse adéquate pour guérir tout un continent traumatisé par la barbarie ultime de la guerre et l’aider à ne plus jamais tomber dans l’horreur. Hors, en 2013, nous nous rendons compte que c’est bien à la faveur de la politique migratoire de l’Union Européenne que l’on entasse des êtres humains, dont le seul crime est d’avoir tenté leur chance pour une vie meilleure. L’Union Européenne qui, rappelons-le, est lauréate du Prix Nobel de la Paix, ne s’est pas embarrassée de promouvoir les Droits de l’Homme, elle s’est contentée de sophistiquer sa façon de les bafouer.

En remettant la tâche à des sous-traitants de jouer le rôles de gardes de la forteresse, elle veut peut-être faire illusion sur sa responsabilité dans ce genre ignominies, il n’empêche que tant que nous nous posons pas les bonnes questions sur la politique migratoire européenne et tant que nous ne dégageons pas de vraies solutions pour s’y opposer, nous sommes pas prêts pour s’en arrêter à ça. Ces adultes et ces enfants nus traités comme du bétail au centre de Lampedusa, subissent ce qu’ils subissent au 21ème siècle dans une Europe qui n’est même pas en guerre, qui bien qu’il y ait une crise économique, connaît une certaine paix sociale. Que se passerait-il si la crise s’aggravait ou si les clivages sociaux augmentaient encore un peu plus? On se mettrait à gazer des Roms et des Africains? Qui ici peut sérieusement affirmer que nous n’assistons pas là aux prémisses d’une nouvelle aire fasciste? Et qu’attendons-nous pour nous y opposer sérieusement?

Cette question ne concerne pas uniquement l'Union Européenne. La répression sécuritaire de la migration est une tendance tristement répandue. Au niveau suisse, au même moment où démarre la campagne pour l'initiative de l'UDC pour contrer l'"immigration massive",  réfléchir sérieusement aux implications humaines et morales de nos choix politiques ne serait pas un luxe.

09/12/2013

Procession hypocrite autour de corps de Mandela

mandela_jeune.jpg

Il n'est point trop risqué de saluer la mémoire d'un grand homme. Il est même tentant de prétendre à peu de frais partager ses principes et ses combats. Nelson Mandela semble faire l'unanimité chez les grands de ce monde. Il est vrai que de mémoire vivante, peu d'hommes du 20ème siècle ont réussi à traverser l'Histoire avec autant de dignité. J'ai du mal avec les "icônes" de manière générale, qui idéalisent souvent le sujet au prix de quelques réarrangements avec l'Histoire, mais soit, si nous avons besoin d'icônes autant que ce soit des personnes qui ont influé sur le monde de si belle façon. A ce titre, Madiba a souvent réveillé le meilleur en nous, et certainement il le fera pour longtemps encore.

Cependant, il est difficile de ne pas recevoir avec amertume les témoignages béats des chefs d'Etats et regretter d'avance la démonstration malsaine qui se prépare autour de sa dépouille. Les grandes puissances sont frappées d'amnésie et oublient que pour la plupart d'entre elles, elles ont considéré ce grand militant comme un terroriste jusqu'à très tard, qu'elles n'ont cessé de combattre que sous la pression populaire, et encore.

Dans un tweet daté d'il y a 3jours, Bill Clinton tweete "I will never forget my friend Madiba", alors que le même Madiba était sur la terrorist watchlist américaine, donc en particulier sous la présidence de Clinton. Obama va faire le voyage pour se recueillir sur la dépouille de Mandela, alors que ses drones débitent en ce moment même des dizaines et des dizaines de civils en Iraq, Afghanistan ou Yémen. François Hollande parle du "message" de Mandela avec admiration, mais il n'en reste pas moins que la seule action concrète du président socialiste depuis son élection a été de consolider l'héritage françafricain via des campagnes militaires au côté d'armées notoirement génocidaires (telles que l'armée malienne, rouage important de la machine d'apartheid contre les populations du Nord-Mali). Et il y a quelques semaines à peine, ce même Hollande échangeait des accolades avec Benyamin Netanyahou, le premier ministre d'extrême-droite qui fait de l'apartheid à l'israelienne l'oeuvre de sa vie (l'engagement de Mandela pour la cause palestinienne était notoire).

Tout le monde y va de son petit mot, oubliant qu'il y a quelques mois à peine, ces mêmes chefs d'Etat rendaient hommage à Margaret Thatcher, qui fut en son temps le principal allié du gouvernement sud-africain qui tirait à balles réelles sur les manifestants noirs qui demandaient l'égalité. On découvre aujourd'hui une planète toute entière gagnée à la cause de l'égalité et de la dignité humaine, tout en fermant les yeux sur des atrocités telles que l'esclavage moderne dans des pays comme le Brésil et le Qatar, dans lequel on fait construire des stades de foot par des populations déshéritées pour que nous puissions tous regarder des sportifs jouer à la baballe lors d'une de ces messes mondiales pour lesquelles tous les sacrifices sont acceptables. Des dizaines de nations continuent d’organiser l’ostracisation ou l’exploitation d’ethnies voire leur extinction pure et simple; la moindre des choses que nous pourrions tous faire, si notre volonté réelle était de tirer des leçons de l’expérience sud-africaine, serait de ne pas bêtement se parjurer, à louer un héros tout en écrasant son héritage.

Bref: l'indécence, la seule valeur universellement véritablement partagée.

10:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1)

03/12/2013

Jouets genrés et stéréotypes sexistes

Aujourd'hui, pendant mes courses je suis tombée sur ça

 

2013-12-03 17.40.35.jpg

Récapitulons: un livre de cuisine pour petites filles avec matériel de pâtisserie rose et girly. Parce que oui, à l'âge de 7ans, il est déjà temps pour les gamines de connaître leur place dans le monde: sois belle et fait de la bonne bouffe.

On va certainement me traiter de "féministe réac" qui voit le mal partout, d'horrible mégère qui veut priver les petites filles de leurs poupées et forcer les petits garçons à mettre des robes. Non, il ne s'agit pas de cela ici, simplement de se rendre compte que les messages sexistes ne se limitent pas à la sphère des adultes mais touche aussi de plein fouet l'univers des petits.

On parle souvent du "marketing genré", à savoir adapter l'emballage à la cible marketing. C'est ainsi, par exemple, que (grosso modo) le message publicitaire du coca light vise les femmes alors que celui du coca zéro vise les hommes. Dans le cas du Coca Light/Zéro, le produit de base est le même (une boisson au cola édulcorée), seul l'emballage change. Concernant les "produits genrés", il ne s'agit plus uniquement d'un changement d'emballage, mais, bien plus grave, d'une restriction pure et simple de certains produits à une catégorie de consommateurs. L'image ci-dessus montre un coffret de pâtisserie pour les filles; je vous prie de croire que j'ai cherché, il n'y avait pas de coffret de pâtisserie pour petits garçons, ni même un coffret plus "neutre".  Les éditeurs de ce coffret ont donc simplement supposé que la pâtisserie, c'est pas pour les garçons.

Bien entendu, les produits genrés sont une conséquence du sexisme et non une cause, mais comment nier une évidence, à savoir qu'en cloisonnant ainsi les petites filles et les petits garçons dans leurs activités et leurs centres d'intérêt, on ne contribue pas à creuser l'écart?

Au contraire, pourquoi ne pas saisir l'occasion des jeunes années d'un enfant, quand il est encore assez "vierge" de préjugés, de combler cet écart?  Un exemple parlant nous a été donné il y a quelques semaines par la marque de jouet GoldiBlox qui a fait un buzz avec une très belle publicité où des petites filles, bien qu'habillées en rose et avec un côté très "girly", s'éclatent avec des jouets de construction et de bricolage qui, pour une fois, ne sont pas designés de façon à ne convenir qu'à des petits garçons. Je trouve que le résultat est convaincant. Et vous?